BLOG - FRAGILITÉ

Prendre soin de son Conjoint

Billet ajouté le 27 février 2019 à 15h40

S’occuper de son conjoint peut offrir des satisfactions. 

Un des avantages est que le partenaire est déjà à l’aise avec son aidant puisqu’il ou elle le connaît depuis de nombreuses années et partage déjà son quotidien, ses habitudes, ses joies, ses peines, etc.. 

 

En tant qu’aidant, vous pouvez aussi vous accommoder des soins plus délicats qui touchent à l’intimité sans que votre conjoint ne s’en formalise. Vous connaissez également bien votre environnement et les endroits de la maison qui pourraient constituer un danger potentiel pour votre conjoint. De ce fait, il sera plus facile d’anticiper une éventuelle chute.

 

Cependant, vous pourriez trouver cela curieux de demander de l’aide aux autres membres de la famille, craignant que ceux-ci ne soient embarrassés ou  ne connaissent pas aussi bien que vous les réels besoins de votre conjoint.

 

En revanche, ceux qui s’occupent de leur conjoint(e) se sentent stressés et fatigués car ils ne s’autorisent jamais à souffler ni à lâcher prise tant physiquement que mentalement.

 

Il est cependant indispensable pour tout aidant et en particulier pour ceux qui prennent soin de leur conjoint de continuer à faire des activités personnelles, d’entretenir les liens sociaux avec des proches ou des amis, et enfin de déléguer occasionnellement à la famille ainsi qu’à des tiers de confiance la charge de leur partenaire.

« Sous prétexte que vous êtes la personne la plus proche de votre époux(se), vous ne pouvez pas tout assumer au péril de votre propre santé », conseille le Professeur Schultz (Université de Pittsburgh, USA), spécialiste de l’étude du stress encouru par les aidants.

 

De nombreuses études montrent ainsi que la plupart des individus s’occupant de leur conjoint, subissent une telle charge émotionnelle et physique qu’ils décèdent plus tôt que les autres, voire même avant la personne aidée !

 

Parfois, même la personne la plus vaillante a besoin de demander de l’aide et d’être soulagée à son tour par d’autres membres de la famille.