BLOG - FRAGILITÉ

L’activité physique, un plus pour nos aînés

Billet ajouté le 27 février 2019 à 14h55

Selon les recherches publiées par les « Archives  de la médecine internationale », il apparaît que les personnes âgées qui commencent une activité physique, même à 85 ans, peuvent accroître leur longévité et demeurer en bonne santé.

 

En effet, l’activité physique peut retarder la spirale du déclin qui se traduit souvent par l’incapacité à effectuer les gestes quotidiens et se poursuit par la maladie et la mort.

 

Des chercheurs de l’Université Hébraïque du centre médical de Jérusalem ont étudié 1861 individus nés entre 1920 et 1921. Les participants à cette étude ont subi des évaluations dans leurs maisons aux âges respectifs de 70, 78 et 85 ans. Ils ont été interrogés sur la fréquence de leurs activités physiques.

Ceux qui ont effectué moins de quatre heures par semaine d’activité physique ont été considérés comme sédentaires, tandis que ceux qui ont exercé environ quatre heures par semaine, effectué des activités plus vigoureuses comme la natation ou le jogging et se sont livrés à des activités régulières comme la marche (une heure par jour), ont été considérés comme physiquement actifs.

 

En comparaison avec celles qui étaient considérées sédentaires, les personnes physiquement actives ont :

  • - 12% moins de risques de mourir entre 70 et 78 ans
  • - 15% moins de risques de mourir entre 78 et 85 ans
  • - 17% moins de risques de mourir entre 85 et 88 ans

 

Ces individus physiquement actifs sont également susceptibles de rester plus indépendants et subissent moins de difficultés pour accomplir les gestes quotidiens. Ils gèrent également mieux la solitude qui les affaiblit moralement.

Toujours selon cette étude, les avantages associés à l’activité physique ont été mis en évidence aussi bien chez les personnes ayant maintenu cette activité durant leur existence que chez celles qui avaient commencée à l’exercer entre 70 et 85 ans.

 

Dans une autre recherche dirigée par l’institut Buck, les membres du corps professoral, les professeurs Melov Simon et Mark Tarnopolsky (Ontario, USA), ont mis en évidence que l’entraînement physique  rajeunissait réellement le tissu musculaire et maintenait la santé des personnes âgées.

L’étude a également mesuré les profils d’expression des gènes, sorte  d’empreinte moléculaire du vieillissement. L’exercice a abouti à un remarquable renversement de l’empreinte génétique qui retournait à des niveaux similaires à celle de plus jeunes adultes.

Les chercheurs ont été très étonnés de constater un tel résultat. Ils s’attendaient à analyser des expressions de gènes relativement stables chez les personnes âgées, mais ce renversement si spectaculaire a réellement mis en évidence que l’activité physique était un moyen de maintenir la santé de nos aînés et de lutter contre le vieillissement.

 

Il est scientifiquement reconnu qu’une des raisons pour lesquelles les personnes âgées perdent leur masse musculaire et s’affaiblissent réside dans le fait que le manque d’exercice et de mouvement ne stimule plus l’insuline, hormone nécessaire à la vitalité du corps.

Une autre étude a démontré que la baisse de cette  stimulation peut être rehaussée par l’activité physique modérée chez les personnes âgées.

 

Des expériences menées à l’Université du Texas Medical Branch (Galveston, USA) et à l’Université Southern California (Los Angeles, USA) portées sur 13 volontaires sains et âgés de 60 ans, ont démontré que  45 minutes de marche restauraient les effets stimulants de l’insuline pour la croissance musculaire, à des niveaux similaires observés chez des patients plus jeunes.

 

De plus, les chercheurs ont découvert que 6 heures ou plus par semaine d’activités intenses, quel que soit l’âge, pouvaient réduire les risques de cancer du sein de 23% chez les femmes. Ce rapport, basé sur une enquête menée auprès de 15 000  femmes a été publié dans la revue américaine « cancer epidemiology biomarkers prevention ».

 

Pour un senior, être soulagé par un aidant familial ou extérieur peut l’aider à trouver du temps pour poursuivre ses activités physiques et maintenir de surcroît sa santé.

 

Il existe de nombreuses associations d’activités sportives ou physiques pour les seniors, ainsi que la possibilité de faire appel à un aidant extérieur pour pratiquer la marche si la famille n’en a pas le temps.